Home  ›  Politique cycliste et mobilité  ›  Comment estimer le potentiel cycliste ?

Comment estimer le potentiel cycliste ?

Pour évaluer qui peut se rendre au travail à vélo, il faut tenir compte de :

  • La distance entre le domicile et le lieu de travail ;
  • Les circonstances personnelles ;
  • La combinaison des trajets avant ou après le travail etc.

La distance sert souvent de paramètre de mesure du potentiel :

  • Il peut s’agir de la distance domicile-travail ;
  • Mais aussi de la distance jusqu’à la gare ou un parking de délestage.

Le premier paramètre de mesure du potentiel est la distance domicile-travail.
La pratique nous apprend que les distances entre 7,5 et 10 km peuvent être parcourues sur un vélo classique.  Quant au vélo électrique, la distance acceptable s’élève de 15 à 25 km. Une distance plus longue réduirait le confort des vélos électriques (autonomie de la batterie, rapport temps/distance etc.).

Le deuxième paramètre est la mesure dans laquelle il y a moyen de combiner le vélo et les transports en commun
Un travailleur peut se rendre à la gare à vélo et poursuivre son déplacement au travail en train.

Le temps que le navetteur passe sur son vélo forme le troisième paramètre.
Il est possible que se déplacer à vélo soit plus rapide parce que le navetteur n’est plus coincé dans les bouchons.  Il faut être réaliste et se dire que pour la majorité des travailleurs, passer plus de trois quarts d’heure à une heure à vélo n’est pas attrayant.

Voir au-delà des statistiques. Quelques exemples d’alternatives :

  • Les travailleurs âgés ou moins sportifs ne veulent peut-être pas rouler sur un vélo classique et préfèrent un vélo électrique.
  • La voiture est utilisée jusqu’à la périphérie de la ville et le navetteur poursuit ensuite sa route vers le travail à vélo à travers le centre-ville.
  • En combinant le vélo aux transports en commun, le navetteur dispose de davantage de temps de travail ou de temps libre pour lire par exemple.