Home  ›  Politique cycliste et mobilité  ›  Parcours et pistes cyclables

Parcours et pistes cyclables

Il existe une différence entre les pistes cyclables fonctionnelles et les parcours récréatifs et touristiques.

Les pistes cyclables fonctionnelles relient les zones d’habitation à des pôles d’attraction tels que le centre des villages, les centres commerciaux, les centres sportifs, écoles et zones d’activité. Elles constituent la distance la plus courte et longent par conséquent des routes fort empruntées (chaussées historiques qui passent d’un centre à l’autre par exemple).

Parallèlement aux pistes cyclables fonctionnelles, l’on trouve des parcours cyclables alternatifs qui passent par des voies communales tranquilles et à circulation motorisée limitée.  Le cycliste a le choix entre la route la plus directe (fonctionnelle) et la plus sûre et agréable (alternative).

Les pistes cyclables fonctionnelles locales complètent le réseau subrégional à l’échelon communal.  Chaque commune fixe ces routes fonctionnelles locales dans son plan de mobilité.  Certaines villes ou communes mettent à disposition des cartes renseignant ces routes locales.

Les autoroutes pour vélos, aussi dénommées ‘vélostrades’, connaissent une percée remarquable.  Ces pistes cyclables longue distance longent des infrastructures rectilignes telles que les voies de chemin de fer ou les canaux.  Elles relient souvent les villes et communes entre elles.  Les autres routes qui croisent ces vélostrades assurent la communication avec des centres économiques, écoles et villages.  Idéalement une vélostrade est constituée d’une piste cyclable de trois mètres de large.