Home  ›  Santé et environnement  ›  Impact écologique

Impact écologique

En prenant le vélo plutôt que la voiture, nous réduisons l’émission de gaz à effet de serre (notamment le CO2), la pollution atmosphérique (à savoir les particules fines) et les nuisances sonores. Chaque cycliste représente en outre un automobiliste de moins dans les embouteillages.

Réduction des émissions et réductions des coûts de carburant: le cycliste ne veille pas uniquement à sa santé, c’est toute la société qui récolte les fruits de son choix. En laissant notre voiture au garage au profit du vélo, nous réduisons significativement notre empreinte climatique et la pollution de l’air. Un navetteur qui parcourt une distance domicile-travail de 10 km (soit 20 km au total) et prend son vélo une fois par semaine plutôt que sa voiture réduira annuellement l’émission de CO2 de 168 kg en moyenne. La réduction des émissions de CO2 est d’ailleurs directement liée à la baisse de la consommation de carburant: chaque cycliste qui économise du CO2 le remarquera à son budget carburant.

Moins de pollution sonore: hormis la réduction des émissions de gaz à effet de serre (réchauffement climatique) et des polluants atmosphériques, le vélo réduit les nuisances sonores comparé à la voiture. Ce qui augmente la qualité de la vie dans les centres urbains les plus densément peuplés.

Avantage collectif: les bouchons coûtent cher (en argent, temps et énergie). Non seulement nous perdons du temps dans les embouteillages mais nous mettons aussi en retard le conducteur qui nous suit dans la file. Le navetteur qui échappe aux bouchons en se rendant régulièrement au travail à vélo ne gagne donc pas uniquement du temps pour lui mais diminue par la même occasion la perte de temps des autres usagers coincés dans les embouteillages. Et cela mérite bien un coup de chapeau!